Eremohaplomydas desertorum

Bequaert, Michel, 1959, Chapter XVIII. Diptera (Brachycera): Mydaidae, South African Animal Life (Results of the Lund University Expedition in 1950 - 1951), Lund: Almqvist and Wiksell, pp. 356-372: 357-362

publication ID

http://doi.org/10.5281/zenodo.3994689

publication LSID

lsid:zoobank.org:pub:5A656421-53CF-46A4-B2B0-0219EA6BF759

persistent identifier

http://treatment.plazi.org/id/DD434890-73C0-429E-AE09-670889346232

taxon LSID

lsid:zoobank.org:act:DD434890-73C0-429E-AE09-670889346232

treatment provided by

Admin

scientific name

Eremohaplomydas desertorum
status

n. sp.

Eremohaplomydas desertorum  n. sp. ( Fig. 1-5View FigView Fig)

S.W. Africa: Kaokoveld, Namib desert 15 miles S Anabib (Orupembe), 100 miles West Ohopoho , ♀ holotype, 9.VI. 1951. (No. 331)GoogleMaps  . _ Kaokoveld, Anabib (Orupembe) 100 miles W Ohopoho , ♂ allotype, ♂ paratype, 7-9.VI. 1951. (No. 330.)GoogleMaps 

♀ holotype. Long. (ex. antennes) = 14,25' mm; long. antennes = 1,3 mm; aile long. 10,5 mm; largeur ± 3 mm.

Tête longueur = 1,17 mm; hauteur = 2 mm; largeur= 3,1 mm. Entièrement noire hormis le renflement facial qui est d”un orangé pâle; la coloration de fond est masquée par un poudré d’un gris-brunâtre dense, à Pexception d’une petite plage noire bril- lante et glabre occupant la partie centrale du vertex, à la partie antérieure de laquelle se trouve un petit ocelle jaunàtre réfringent. La pilosité de la tête est peu développée et d’un jaune pâle; il y a absence complète de poils en forme de mèches le long des orbites fronto-faciales qui sont pratiquement nues.

Front faiblement déprimé; très large, un peu plus que deux fois la largeur de l ’ o eil au niveau de Focelle antérieur (dans le rapport de 44 à 20), se rétrécissant très légèrement vers le haut; Vertex nu et brillant dans sa zone médiane; de part et d'autre de celle-ci, un bouquet très lâche de poils de moyenne longueur; entre l'ocelle et la base des antennes le front se relève en dôme léger et cn y voit une petite dépression ombiliquée centrale et de part et d'autre de celle-ci un bouquet très clairsemé de poils divergents, ne dépassant pas en avant la base antennaire. Renflement facial faiblement saillant, bien délimité, portant sur toute son étendue une moustache très làche de poils de longueur moyenne dirigés vers le bas. Péristome descendant très faiblement en dessous des yeux, à poils rares; région mentonnière à poils rares; face faiblement rétrécie vers le bas; orifice buccal petit, sans rebord saillant, sans palpifer, occupant environ le quart de la largeur de Pespace interoculaire à son niveau; sa longueur est à sa largeur dans le rapport de 18 à 10; Porifice buccal est oblitéré dans ses deux tiers antérieurs par une membrane (cône buccal) d’un noir luisant à surface grenue, se rétrécissant vers Parrière en y constituant une sorte de rostre en triangle isoscèle à pointe obtuse avoisinant la paroi postérieure de la cavité buccale; celle-ci présente à ce niveau un creux 0ù Pon observe en arrière, très près de la ligne médiane une paire de palpes brunàtres cylindro-coniques munis de trois soies terminales brunâtres aussi longues que les palpes; en scrutant la portion gauche de ce creux sous incidence oblique, on y observe une tigelle chitineuse brunâtre, luisante, incurvée légèrement vers l”avant à extrémité obtuse et qui semble sortir de derrière le rostre décrit; elle ne présente aucune production rappelant un labelle; semblable tigelle ne se découvre pas du côté opposé; elle apparaît donc comme une pièce axiale déjetée vers la gauche et qui représente peut-être le vestige d’une trompe atrophiée. Occiput concave à rebord orbitaire postérieur étroit, muni de quelques cils courts; de part et d'autre six soies postverticales courtes, robustes et blanches; antennes très courtes, à peine plus longues que la tête; les 2 premiers articles cylindriques munis de quelques soies du côté externe; le troisième article fortement raccourci, élargi, en forme de coupe évasée dístalement, sans aucune annulation distale, plus court que les deux articles basaux réunis; massue terminale volumineuse, piriforme, plus longue que la somme des trois articles basaux; sa portion terminale offre une aire circulaire occupée par un semis de tubercules exigus munis de minuscules pointes acérées, une petite verrue creuse la surmonte du côté supéro-externe; il en émerge une courte soie sensorielle noire. Rapports des longueurs des articles 5, 3, 7, 20. Pronotum étroit, court, soudé au sclérite cervical dorsal; tous les deux de coloration sombre à pollen dense d’un brun-grisâtre, nus. Prosternum lisse, d’un brun luisant, muni sur ses parties postéro-externes de six soies blanchâtres. Mésonotum noir avec les callosités humérale et postalaire d’un brun-jaunàtre; il présente des bandes longitudinales non luisantes comprenant cinq raies claires diinégales largeurs oc- cupées une fine pollinosité dense d’un brun terne, séparées par quatre bandes par noiràtres grossièrement sans pilosité. La raie claire médiane très étroite et grenues de largeur uniforme et nue s”étend de l'avant jusqu°au devant du scutellum 0ù elle forme de conserve avec une expansion de la partie postérieure des deux raies claires intermédiaires une plage pollinisée; la raie claire externe ou bordante est la plus large, elle longe la zone notopleurale 0ù elle porte quelques courtes soies et atteint Yangle externe du scutellum; la raie claire intermédiaire est élargie antérieurement en dedans du calus huméral et y porte des poils courts, blanchâtres couchés; elle se rétrécit rapidement en arrière et n’y porte plus que quelques poils clairs; les deux bandes noires centrales commencent au bord antérieur du mésonotum et s”arrètent à une certaine distance du scutellum; les bandes noires latérales sont plus courtes et leur partie postérieure forme une courte macule séparée.

Scutellum et métanotum foncés ternis par un pollen gris brunâtre, nus. Pleures sans sculpture particulière, noirâtres, faiblement brunescents au ptéropleure, partout, y compris le propleure, uniformément ternis par une faible pruinosité grisâtre; pleures nus; seuls le propleure porte quelques poils pâles et le métapleure quelques poils plus courts. Balanciers d’un brun pâle à capitule plus foncé. Pattes à soies et poils blanchâtres; les deux paires antérieures d’un brun clair uniforme, avec les fémurs assombris et le dernièr article des tarses noirâtre, les genoux étant étroitement jaunâtres; pelotes blanchâtres raccourcies, n'atteignant que la mie-longueur des crochets; ceux-ci sont bruns à pointes d’un noir jais et sans soie satellite près de leur base; troisième paire d’un brun foncé, màis j aunâtre au trochanter, à la base amincie et à la face interne du fémur, au bord interne et à la face externe du tibia; tarses d’un brun pâle à cinquième article noirci et crochet entièrement d’un noir jais; pelotes blanchâtres courtes. Deux paires de pattes antérieures courtes à fémurs modérément épaissis, et à poils courts disséminés; le tibia moyen porte sur sa face postérieure une rangée lâche d’une dizaine de soies piliformes dressées; deux soies apicales internes aux tibias. Troisième paire plus longue et plus robuste; hanche élargie, pileuse; fémur à base étroite, mais ensuite fortement et régulièrement épaissi (sa longueur à sa largeur maximale comme 103 à 23), avec des poils courts couchés disséminés surtout sur sa face antérieure; sa face interne comporte deux longues rangées d”épines obliques insérées sur des tubercules (9 à 11); dans leur portion distale ces rangées sont accompagnées chacune d’une ébauche de rangée satellite d°épines plus courtes comprenant 1 à 3 éléments. Tibia postérieur arqué à sa base, comprimé latéralement, à bord interne aminci, s”amincissant vers son extrémité distale, sans soies, mais portant quelques courts poils sur sa face externe; il présente un éperon terminal bien dégagé, à bout équarri surmonté d’une soie acuminée blanchâtre; il existe une faible soie apicale externe. Les trois paires de tarses ont les quatre premiers articles courts, à peu près de même longueur; le protarse étant sensiblement de même longueur que Particle suivant; le cinquième article deux fois aussi long que le protarse; les quatre premiers articles ont une paire de soies plantaires apicales; les cinq articles portent des soies dorsales. Aile à membrane uniformément et faiblement jaunâtre sans halo au voisinage des nervures; celles-ci dans la moitié antérieure de l'aile sont d'épaisseur habituelle, bien chitinisées et d’un brun pâle; les nervures limitant en arrière la cellule anale et les première et troisième cellules postérieures sont extrèmement fines et décolorées; elles sont très écartées du bord alaire postérieur dont la nervure bordante est elle-même très fine et décolorée; lobe axillaire sans ciliation; alula absente; Pensemble de la nervation correspond à celle figurée par SÊGUY (1930) pour Heleomydas lesnei  . Signalons comme particularités le relèvement prononcé vers Favant de la fourche cubitale avec base de la cellule de la fourche plus ventrue; le fort élargissement de la partie distale de la première cellule postérieure; préfurca courte; radio-médiane bien développée; les nervures M, M, et M4 se recoupent en un même 1 point à Pextrémité distale de la troisième cellule postérieure; extrémité proximale de celle-ci assez large, fermée par une nervure transverse postérieure assez longue, et unie à la cellule anale par une transverse bien individualisée; cellule anale raccourcie; nervure anale abréviée siarrêtant à grande distance du bord alaire.

Abdomen allongé, applati, un peu plus large à sa base que le thorax, s”amenuisant régulièrement vers son extrémité; coloration des tergites d’un brun noirâtre; les deux premiers ternis une pollinosité gris-brunâtre, les six suivants luisants; le par premier tergite est entièrement terni, et porte quelques courts poils blanchâtres principalement au niveau de son angle antéro-latéral; le deuxième moins densément terni, présente quelques cils blanchâtres disséminés, une bordure antérièure déprimée et luisante, et des bordures latérales également luisantes. Bullae jaunes luisantes, indistinctes, noyées dans la bande marginale postérieure. La marge postérieure des six premiers tergites est occupée par une bande étroite d’un jàune clair, peu appar- ente au premier tergite, très nettement marquée aux autres, légèrement encochée sur la ligne médiane, et atteignant latéralement les bords des tergites; les tergites 3 à 6 inclus sont pratiquement glabres mais portent des dépressions ponctiformes disséminées; les tergites 7 et 8 sont unicolores, chagrinés transversalement et garnis de poils denses assez longs, d’un jàune doré, redressés et penchés en avant; le huitième tergite de forme conique présente au voisinage de son bord postérieur une petite plage transversale triangulaire bosselée, lisse et glabre; le neuvième tergite ou cerque génital est fortement rétréci, entièrement libre, noirâtre à sa base, brunâtre postérieurement, comportant une crête médiane longitudinale arquée, lisse, et de part et d'autre un lobe sémi-circulaire 0ù près du bord libre se trouve un rateau de six épinesgouges luisantes d’un brun clàír; entre cette rangée et la crête médiane la surface est garnie de poils longs et fins, redressés, pâles. Sternites lisses, luisants, d’un brun très clàir, sans marge postérieure jaune, portant quelques ponctuations et quelques cils très courts; les septième et huitième sternites garnis d’une longue pilosité dressée, penchée vers Pavant, analogue à celle des tergites correspondants mais moins dense; plus en arrière sous le neuvième tergite se trouve une paire de cerques mous, brunâtres, coniques, très poilus, dépassant le bord postérieur de ce dernier.

♂ allotype, grand exemplaire, Kaokoveld, Anabib (Orupembe) 100 miles W Ohopoho, 7-9.VI. 1951 (N° 330).

Paratype 1 ♂ de petite taille, de même provenance (une aile manque). Les caractères particuliers au sont surtout confinés à Pabdomen dont la vestiture diffère notablement de celle de la ♀.

Grand ex. long. (ex. antennes)= 12,5 mm; long. antennes = 1,28 mm; aile long. 7,7 mm; larg. 2,3 mm.

Petit ex. long (ex. ant.) = 7,9 mm; long. antennes = 1 mm.

Tête protubérance faciale de teinte orangée plus prononcée que chez la Q; absence de trompe; palpes distincts; orifice buccal plus court et plus étroit que chez la Q; antennes comme chez la Q, avec les trois articles basaux d’un brun foncé et la massue d’un brun oràngé. Thorax comme chez la Q; callosités humérales et postalaires nettement jaunes; fascie claire intermédiaire à pilosité plus développée et en occupant toute Pétendue. Fémur III plus foncé que chez la Q, à face interne également sombre; armature du bord interne comme chez la Q, mais la rangée supplémentaire d”épines en position postéro-interne manque; pelotes plus longues que chez la Q. Aile comme chez la Q; aux deux ailes, à Fextrémité distale de la troisième cellule postérieure existe un court pédicule qui rejoint la base de la première cellule postérieure (comme figurée par SÉGUY, 1930 l. c.). La coloration de fond sombre des huit tergites est ternie par une pollinosité grisâtre, laissant un mince bord latéral noirâtre luisant et glabre; les tergites portent des poils courts, pâles, très disséminés, couchés; les sept premiers tergites ont une bordure postérieure d’un jàune pâle, encochée sur la ligne médiane, élargie dans leur zone moyenne, mais rétrécie en dehors 0ù elle touche le bord latéral du sclérite; les deux premiers tergites ont cependant une bordure antérieure luisante brunâtre, glabre; la marge postérieure jaunâtre du tergite basal en occupe environ la moitié de la longueur; au deuxième tergite les bullae sont étroites, faiblement apparentes, légèrement brunâtres; le huitième tergite est très court (moins que le tiers du septième). Les sept premiers sternites sont d’un brun marron clair, luisants, pratiquement glabres; du deuxième au cinquième inclus les sternites ont une étroite marge postérieure jaune; le huitième sternite est court et enchasse avec le tergite correspondant la base de Phypopyge. Hypopyge de couleur noire, petit, court (sa longueur avec le huitième tergite inclus sous lequel sa base est célée mesure environ les deux tiers du septième tergite); il comporte dorsalement un cerque médian para-anal finement et longuement velu; latéralement une paire de valves semi-ovalaires forment le forceps supérieur et ventralement un sclérite impair (9e sternite) portant une faible ciliation, à face postérieure arrondie et bord terminal relevé vers Pavant; il n’existe pas de processus latéral digiforme correspondant au forceps inférieur tel qu”il existe e. g. chez Leptomydas  ; pas d’édéage prominent déce- lable. Le cerque médian large et bien exposé est formé d’une plaque impaire ventrale et de deux lobes dorsaux; les valves du forceps supérieur portent sur leur face externe quelques poils pâles, n’ont pas de spinulation terminale mais portent en marge de leur bord terminal qui est très légèrement incurvé quelques petits nodules noirs; leur face interne est finement et densément velue; le bord inférieur libre de ces valves s'applique contre la portion inféro-externe du neuvième sternite dont la majeure partie est ainsi soustraite à la vue; en écartant ces valves on peut observer le bord terminal du neuvième sternite et y distinguer: latéralement de part et d”autre un processus chitineux lamelliforme, triangulaire, lisse et glabre; ce processus constitue apparemment lihomologue du forceps inférieur digiforme décrit chez plusieurs genres de Mydaidae  ; entre ces deux processus le bord présente trois encoches, une médiane et deux latérales. Ce rebord festonné du sternite terminal circonscrit un espace semi-circulaire 0ù se place un organe court, arrondi, blanchâtre qui apparait comme la portion basale de Pédéage; la partie terminale de ce dernier n’est pas observable. Très profondément dans la cavité circonscrite par les sclérites de l’hypo- pyge, latéralement, en dedans des valves du forceps supérieur s'observe un court processus coniforme probablement inséré sur la partie basale de la face interne de ces dernières.

Kingdom

Animalia

Phylum

Arthropoda

Class

Insecta

Order

Diptera

Family

Mydidae

Genus

Eremohaplomydas