Leptomydas rudebecki

Bequaert, Michel, 1959, Chapter XVIII. Diptera (Brachycera): Mydaidae, South African Animal Life (Results of the Lund University Expedition in 1950 - 1951), Lund: Almqvist and Wiksell, pp. 356-372: 367-371

publication ID

http://doi.org/10.5281/zenodo.3994689

publication LSID

lsid:zoobank.org:pub:5A656421-53CF-46A4-B2B0-0219EA6BF759

persistent identifier

http://treatment.plazi.org/id/A0299E09-E5D9-4124-BEC7-8AE1668F3117

taxon LSID

lsid:zoobank.org:act:A0299E09-E5D9-4124-BEC7-8AE1668F3117

treatment provided by

Admin

scientific name

Leptomydas rudebecki
status

n. sp.

Leptomydas rudebecki  n. sp.

( Fig. 10- 11View Fig)

S.W. Africa: Kaokoveld, Anabib (Orupembe) 100 miles W Ohopoho , 12-13. VI. 1951. ♂. (No. 339.)GoogleMaps 

♂ Taille (ex. ant.) = 20 mm; antennes = 4,25 mm; aile long. 13,3 mm; larg. 3,1 mm; trompe (mesurée au bord inférieur) = 3,1 mm.

Grande espèce de coloration générale noire, qui se range dans le troisième groupe (H umeralis) de la clef de détermination de Bezzi (1924) ayant corps allongé; poils blancs au thorax et àla base de l’abdomen; trompe noire; sternites abdominaux basaux seuls garnis de longs poils; antennes partiellement rougeâtres; mésonotum non entièrement luisant; tergites abdominaux médians et postérieurs luisants (ici partiellement); face jaune; mésonotum à fascies longitudinales. Elle vient en compétition avec L. humeralis  GERST. et L. braunsi  Bezzi dont elle se distingue e. a. par la garniture particulière du bord interne du tibia postérieur comportant sur toute sa longueur une série de bosselures armées de très courtes et fines épines légèrement recourbées à leur pointe.

Tête plus large que le thorax (dans le rapport de 115 à 72); de coloration générale d’un noir luisant, mais à protuberance faciale rougeâtre et une faible macule rougeâtre à l’orbite au niveau de Tangle supéro-interne de 1 ’ 0 eil; la coloration vire au brunâtre au niveau du péristome; une pruinosité dense blanc-grisâtre couvre Focciput, elle forme une étroite bande le long de l’orbite frontale, et un mince liséré le long de l’orbite faciale. La pilosité de la tête est blanche et comporte de part et d’autre du vertex un bouquet de poils longs, érigés et inclinés en divers sens; sur l’orbite frontale une longue mèche couchée dirigée vers l'avant; de part et d”autre des antennes, sur la zone frontale inférieure une large mèche étalée dirigée vers Pavant; sur la protubérance faciale de part et d”autre une dense mèche de poils agglutinés dirigés vers le bas et le dehors laissant libre la ligne médiane et la zone supérieure du support. Vertex fortement déprimé; ocelle antérieur vestigial. Front plus large que le diamètre transversal de l’oeil au niveau des antennes (dans le rapport de 47 à 34) se rétrécissant modérément vers le haut. Face courte occupée sur toute sa hauteur par la protubérance faciale faiblement saillante; elle se rétrécit graduellement vers le bas 0ù elle est plus étroite que l’espace interoculaire au niveau du vertex; joues et péristome sans sculpture marquante, ce dernier de descendant pas en dessous du pôle inférieur des yeux; la partie postérieure du péristome porte des longs poils dressés en continuité avec ceux plus courts de la zone moyenne de l ”o,cciput; celui-ci n’a qu’un rebord orbital très faible mais est garni d’une large bande rétro-oculaire faite de poils couchés; il existe trois fortes soies post-verticales jaunâtres. Cavité buccale large, occupant au niveau de sa plus grande largeur les trois cinquièmes de 1 ’ espace interoculaire; elle est oblitérée par une membrane brunâtre (cône buccal) renforcée de part et d’autre de la ligne médiane par une bande fulcrale noire; un palpifer supporte les palpes cylindro-coniques d’un noir luisant munis de 2—3 soies terminales brunes un peu plus longues que le support. Trompe dépassant largement la cavité buccale (sa longueur mesurée au bord inférieur est à celle de la cavité buccale comme 82 à 37), très légèrement incurvée vers le haut; son labelle et sa face supérieure sont noirs et luisants, sa face inférieure étant d’un brun marron luisant. Antennes fortement rapprochées, un peu plus longues que la largeur de la tête; les trois articles basaux cylindriques, noirs; le premier un peu plus épais que le deuxième; ces deux articles basaux munis de quelques poils; le troisième article ayant à peu près quatre fois la longueur des deux premiers réunis est glabre, mat, à très fines granulations et cannelures transversales peu marquées; ce troisième article s’épaissit sur un peu moins que son quart terminal; la massue plus courte que le troisième article est noire sur sa moitié basale et rougeâtre sur sa moitié distale, mais sa verrue terminale est noire; elle s’évase régulièrement en cylindro-cône allongé, présentant un léger étranglement circulaire vers son quart basal; elle se termine par une surface circulaire oblique surmontée d’une verrue arrondie très marquée mais peu excavée; rapports des longueurs des divers articles de Pantenne, à partir de sa base 10, 4, 55, 44. Pronotum court, glabre, orangé; face dorsale du cou orangée avec quelques poils pâles; face inférieure au cou brunâtre avec pollen grisâtre. Propleure noir a pollen grisâtre et poils blanchâtres assez longs et peu serrés. Prosternum brunâtre, faiblement luisant avec, sur sa partie inférieure, des poils blanchâtres assez longs. Mésonotum noir étroitement ceinturé diorangé; cette marge orangée comprend le calus huméral avec une large macule en dedans et en arrière de lui; le calus postalaire; une étroite bande correspondant à la zone notopleurale et se poursuivant, élargie, vers Farrière en dedans du calus postalaire jusqu’au devant de l’écusson, 0ù elle brunit. Cette bordure orangée, à légère pruinosité grisâtre est densément occupée par de longs poils blancs formant des mèches couchées; celles-ci sont dirigées vers Parrière sur le calus huméral, vers le dehors dans le secteur notopleural et vers Parrière à partir de la naissance de l'aile; elles restent en dedans du calus postalaire et n”atteignent pas l’écusson. En dedans de cette colerette blanche marginale se situe une large fascie d’un noir luisant, glabre sur sa majeure partie, mais à sillons transversaux très superficiels par endroits; cette fascie s’étend depuis la zone orangée située en arrière du calus huméral jusqu'à courte distance du quart externe de l’écusson dont elle est séparée par une partie brunâtre. La région médiane du mésonotum entre les deux bandes latérales noires luisantes est sombre, ternie par une pollinosité grisâtre et parsemée régulièrement de poils de moyenne longueur, d’un blanc sale, disperses, couchés et dirigés vers Parrière; vers son extrémité antérieure en dedans des calus huméraux ces poils sont plus denses et relevés; sur la zone préscutellaire se remarque un bouquet de longs poils blanchâtres redressés dirigés vers Parrière. Pleures sans sculpture remarquable, en partie occupés par des touffes de poils blanchâtres; ils sont noirâtres ou brunâtres par endroits et de luisance variable; mésopleure avec une mèche de poils sur la moitié inférieure de son bord postérieur; sternopleure nu; sur la portion postéro-inférieure de Phypopleure une touffe de poils; ptéropleure entièrement occupé par des poils dirigés vers Parrière; métapleure (au devant du stigmate postérieur) orangé, entièrement garni de poils dirigés vers Pavant. Balanciers jaunâtres à capitule brunâtre. Scutellum nu, d’un noir faiblement luisant avec quelques macules brunes et des impressions linéaires obliques. Métanotum sans sculpture, noir mais brunâtre sur ses parties antéro-latérales, mat à pollen grisâtre; il porte des poils dirigés vers Favant blanchâtres, longs, plus densément sur ses parties latérales. Pattes d’un brun orangé à hanches plus brunâtres; fémur III est noirâtre sur les trois quarts distaux mais brun le long de tout le bord externe; le dernier article de tous les tarses est également assombri. Hanches à longs poils blancs; les pattes médiocrement garnies de courts poils blancs très fins, très disséminés et appliqués; mais il existe des poils nettement plus longs et plus fournis le long de la face postérieure des FI et FH; Fm modérément épaissi (environ deux fois et demie Pépaisseur du tibia correspondant) présente des cannelures transverses plus marquées que les autres fémurs; il porte sur sa face interne deux longues rangées d’épines (7 à 9) blanchâtres obliquement plantées sur des tubercules saillants. Tibia III faiblement arqué, avec cannelures transverses nombreuses, sans pilosité apparente mais présentant tout au long de sa face interne une succession de petites verrues porteuses de minuscules et fines épines brunes à pointes recourbées. Aux quatre pattes antérieures les quatre premiers articles des tarses sont à peu près de même longueur, le cinquième a le double du quatrième; à la paire postérieure le protarse a le double de Particle suivant, son cinquième article a le double du quatrième; une paire de forts aiguillons terminaux latéro-plantaires aux quatre premiers articles de tous les tarses. Pelotes orangées, longues; crochets orangés à pointes noires; à toutes les pattes le distitarse présente, latéralement à la base de chaque crochet (unguis), une longue soie épineuse brune, implantée sur la petite plaque internsédiaire (partie chitinisée de Punguifer), qui porte le crochet dorsalement, et la pelote ventralement; cette épine se projette au-dessus de la pelote correspondante. Semblables épines satellites des crochets ne sont pas présentes, aux deux sexes, chez plusieurs Leptomydas  que j’ai pu examiner, e. g. L. lusitanicus WIED  . et L. braunsi  Bezzi. Aile à membrane très faiblement j aunâtre, de transparence uniforme, sans trace dbbscurcissement à sa base ni le long des nervures; celles-ci d’un brun pâle; la nervure limitante postérieure très amincie et décolorée; nervure anale à extrémité très fine et décolorée, mais atteignant la costale; alula et lobe axillaire bien développés, non frangés; R-M bien marquée; première cellule postérieure assez largement ouverte sur la portion épaissie de la costale; la distance entre Fextrémité de la nervure MI et celle de 1a nervure RI est plus grande que la distance qui existe entre le terminus de RI et le point de confluence de la branche postérieure de la fourche cubitale avec RI; nervure récurrente de la fourche cubitale longue; Pextrémité distale de la troisième cellule postérieure sïmbrique directement sur la nervure MI. Abdomen allongé, cylindro-conique, légèrement applati latéralement, à sa base un peu plus large que le thorax; les tergites s’atténuent ensuite progressivement en longueur et largeur vers Yextrémité abdominale; ils ont, du deuxième au septième inclus des marges postérieures complètes nettement limitées d’un aune très pâle, qui deviennent progressivement plus étroites de la base à la pointe abdominale; au deuxième tergite la marge postérieure est interrompue latéralement par des bullae bien délimitées d’un noir jais, dont l’axe transversal équivaut à trois fois Faxe antéro-postérieur. Le premier tergite est brunâtre sur une marge postérieure étroite, et sur ses parties antérolatérales; celles-ci portent une mèche de longs poils blancs dirigés vers le dehors; le restant du tergite porte des poils blancs courts couchés dirigés vers Farrière; le premier tergite est entièrement luisant; le deuxième tergite à marge antérieure déprimée luisante, est partout ailleurs moins luisant par la présence d’un pollen grisâtre peu dense; il porte des poils blanchâtres fins couchés comme le premier tergite, avec au niveau de ses angles antéro-latéraux une longue mèche blanche dirigée vers le dehors. Du troisième au septième tergite inclus la luisance est variable suivant l’incidence par 1’effet de la presence d’une pruinosité d’un blanc grisâtre occupant d’une façon inégale la région médio-dorsale des tergites; la luisance en incidence latérale est nettement présente près de leur bord latéral et au devant de la fascie jaune pâle. Tous ces tergites portent des poils fins blanchâtres, couchés, dirigés vers Parrière, lâchement distribués; huitième tergite très court et brunâtre. Les sept premiers sternites sont d’un brun sombre et luisant; la moitié postérieure des 2°, 3° et 4° sternites portent des poils blancs assez longs, ceux du 2° sternite étant les plus longs; les autres sternites sont garnis de poils courts et peu serrés. Du 2° au 7° inclus, les sternites portent des fascies marginales postérieures complètes d’un jaune pâle, à limites nettes, de mêmes largeurs que celles des tergites correspondants; le huitième sternite est brunâtre sans fascie marginale. Hypopyge court, plus court que le septième tergite, de coloration brunâtre foncée à sa base, plus claire aux cerques, à la bordure du forceps supérieur, à la partie rétrécie du forceps inférieur et à Pédéage; ses parties portent des poils blanchâtres, de longueur moyenne et peu serrés. Les cerques para-anaux ont un lobe ventral non échancré en arrière, et une paire de lobes dorsaux entièrement séparés depuis leur base; le forceps supérieur est court, en forme de lanelle triangulaire, occupant environ la moitié supérieure de la hauteur du huitième tergite; le forceps inférieur a sa branche terminale allongée et étroite, faiblement inclinée vers le dedans, garnie au bord inférieur de rares poils; il dépasse en arrière les cerques para-anaux; la pièce médiane ventral de Phypopyge (Qe sternite) a un profil conique et est légerement carénée à sa pointe; sur sa face supérieure elle porte des poils fins très courts et une pollinosité blanchâtre..

Liédéage glabre et luisant, de forme conique allongée se redresse jusque derrière les cerques para-anaux; il présente un paramère terminal impair en forme de lamelle allongée, étroite, à bords incurvés vers Parrière; ventralement et en contre-bas par rapport au paramère se trouve une paire de tubulures coniques à bases rapprochées mais ensuite fortement divergentes, dont les pointes munies d’un orifice circulaire n’atteignent que la moitié de la lamelle surplombante.

Kingdom

Animalia

Phylum

Arthropoda

Class

Insecta

Order

Diptera

Family

Mydidae

Genus

Leptomydas