Camponotus rubripes subsp. atlantis, Forel, A., 1890

Forel, A., 1890, Fourmis de Tunisie et de l'Algérie orientale., Annales de la Societe Entomologique de Belgique, Comptes-rendus des Seances 34, pp. 61-76: 63-64

publication ID

3926

persistent identifier

http://treatment.plazi.org/id/4D48F9D1-8043-D3FE-325B-04D10D379C4B

treatment provided by

Christiana

scientific name

Camponotus rubripes subsp. atlantis
status

n. st.

r. C. Atlantis  HNS  n. st.

[[worker]] major. L. 6,5 à 7,5 mill. Largeur de la tête 1,8 mill.; longueur (sans les mandibules) 2,1 mill. Longueur d'un scape 1,65 mill., d'un tibia postérieur 1,9 mill. - Stature courte, assez robuste. Mais la tête n'est relativement pas grosse, faiblement échancrée derrière, aussi large vers les yeux qu'aux angles postérieurs (j'ai ouvert un grand nombre de fourmilières et me suis assuré qu'il n'existe pas de [[worker]] major à plus grosse tête). Mandibules grosses, fortes, armées de 7 dents, assez densément ponctuées. Epistome comme chez la race Alii  HNS  , mais aussi fortement caréné que chez la [[worker]] minor. Aire frontale grande, assez distincte. Arêtes frontales très peu divergentes. Dos du thorax moins voûté que chez le C. Alii  HNS  , mais "le métanotum est très élevé, court et étroit; sa face déclive est haute, aussi longue que la face basale à laquelle elle passe par une forte courbe arrondie. Écaille assez épaisse, assez haute, mais moins épaisse que chez le C. Alii  HNS  , plutôt biconvexe, tranchante au sommet. Abdomen fort grand et ordinairement distendu par un corps graisseux abondant, comme chez le C. micans  HNS  . Tibias entièrement cylindriques, nullement comprimés, munis seulement de 3 ou 4 petits piquants à l'extrémité.

Très luisant partout. Sculpture comme chez le C. Alii  HNS  , mais encore plus faible.

Pubescence et pilosité réparties comme chez le C. Alii  HNS  , mais encore plus faibles et plus éparses ( très éparsesl, d'un jaune pâle.

D'un jaune assez pâle, avec les mandibules, les tarses et une tache sur le vertex d'un jaune brunâtre ou d'un brun jaunâtre. Sur l'abdomen quelques nuages un peu plus foncés que le reste.

[[worker]] minor. L. 4 à 5 mill. Épistome caréné à lobe arrondi. Mandibules munies de 6 dents. Yeux fort gros, proéminents, situés assez en arrière. Tête rectangulaire, mais arrondie derrière et un peu plus large devant que derrière. Chitine très molle et délicate. Écaille épaisse et basse. Très luisante; sculpture très faible. Du reste comme la [[mworkeer]]ajor. Entièrement d'un jaune extrêmement pâle presque blanchâtre. Tarses d'un jaune roussàtre. Dents des mandibules brunâtres.

[[queen]] L. 7 mill. Comme la [[worker]] major. Ponctuation superposée du devant de la tête plus grossière. La face basale du métanotum esta peu près verticale, mais une courbe arrondie sépare les deux faces. Tête petite. Écaille épaissie vers la base, tranchante au sommet.

D'un jaune testacé avec le vertex, une partie du mésonotum, le scutellum, les sutures du thorax et une bande transversale vague sur chaque segment abdominal brunâtres. Tarses et mandibules d'un jaune brunâtre.

Sur toutes les collines et les montagnes de la partie montagneuse (Tell et plateau) de la Tunisie et de l'Algérie orientale de 100 jusqu'à environ 1600 mètres d'élévation, sous les pierres, dans les interstices des rochers. Le point le plus bas où j'ai trouvé le C. Atlantis  HNS  est une colline près de Tébourba; le point le plus élevé, le sommet d'une montagne au sud de Souk Ahras, à environ 1600 mètres; le point le plus méridional le Djebel Ozmor au sud de Tébessa. L'aspect de cette race me fait présumer que ses mœurs sont nocturnes.

Cette race ressemble à un C. pallens  HNS  très petit et très pâle, mais elle en diffère par la forme du métanotum, par son écaille plus haute et moins épaisse, par sa petite taille etc. Elle ressemble encore plus d'aspect à la variete Kappariensis  HNS  du C. Oertzeni  HNS  , dont elle a la taille et la couleur. Mais le C. Kappariensis  HNS  a le métanotum plus bas et plus long, une pilosité bien plus abondante (aussi sur les joues), une sculpture bien plus forte ( tête mate), une tête bien plus large derrière et un lobe de l'épistome bien plus court.

Races: C. sylvaticus Oliv.,  HNS  cognatus Sm.  HNS  , dichrous Forel  HNS  , Oasium  HNS  n. st. Ces quatre races forment un groupe difficile de formes très voisines et fort instables qui ont toutes un grand lobe à l'épistome, les tibias plus ou moins prismatiques et munis de piquants au côté interne, les joues sans poils dressés. Leur taille est grande, moins svelte que celle du maculatus  HNS  (la [[queen]] n'a pas la tête si étroite ni si allongée), plus svelte que celle de aethiops  HNS  qui a de plus les tibias arrondis. Mes études faites sur les lieux me permettent de mieux les définir: