Technomyrmex albipes

Forel, A., 1891, Histoire naturelle des Hymenopteres. Deuxieme partie: Les Formicides., Histoire Physique, Naturelle et Politique de Madagascar., Paris: L'Imprimerie Nationale, pp. 1-231: 98-99

publication ID

10.5281/zenodo.9896

persistent identifier

http://treatment.plazi.org/id/FDEA5D7B-0F3C-0784-5C61-EEE85DADF336

treatment provided by

Donat

scientific name

Technomyrmex albipes
status

 

1. TECHNOMYRMEX ALBIPES  HNS  , Smith.

(Pl. III, fig. 5.)

Tapinoma albipes, Smith  HNS  , Linnean Soc. Zool. (1861) et Mayr, Roger, Emery, Forel.

Technomyrmex albipes  HNS  , Emery, Zeitschr.f. Wiss., Zoologie, t. XLVI, 3 (1888).

Tapinoma nigrum, Mayr  HNS  , Verhandl. Zool. und Bot. Gesellsch. zu Wien (1862).

M. le professeur Emery, dans son remarquable travail sur le gésier des Fourmis (Zeitschrift fur Wissensch., Zoologie, Bd. xlvi, Heft 3, 1888), a le premier montré que cette espèce, prise jusqu'ici pour un Tapinoma  HNS  , est un vrai Technomyrmex  HNS  , tant par son gésier que par son cloaque apical. Nous ne pouvons que confirmer le fait en tout point.

[[worker]]. Longueur 2,4 mill. Thorax médiocrement échancré entre le méso- notum et le métanotum. Stature peu élancée; pattes et antennes assez courtes. Le scape dépasse à peine le bord postérieur de la tête. Tête bien plus large derrière que devant, à côtés médiocrement convexes. Epistome faiblement échancré au milieu de son bord antérieur. Mésonotum étroit, comprimé latéralement. Métanotum mince. Sa face basale très courte, d'à peine plus d'un tiers de la face déclive, est séparée de cette dernière par un angle à peine obtus. La face déclive a partout un bord net, presque anguleux. Mandibules très finement ridées, avec quelques points épars. Subopaque. Tête et abdomen finement réticulés ou réti- culés-ridés. Thorax réticulé-ponctué. Cette dernière sculpture assez grossiere et microscopiquement raboteuse au fond des mailles sur le méso- notum et le métanotum (aussi sur sa face déclive), ce qui rend ces dernières parties mates. Médiocrement et finement pubescente. Presque entièrement dépourvue de poils dressés. D'un noir à peine brunâtre. Pédicule et extrémité de l'abdomen brunâtres. Mandibules d'un brun rougeâtre. Pattes et antennes d'un jaune testacé pâle (parfois les antennes, les hanches, les cuisses et les tibias brunâtres).

[[queen]] (non encore décrite). Longueur 2,9 mill. Longueur d'une aile superieure2,4 mill. Ailes courtes, hyalines, avec une seule cellule cubitale. Comme l'ouvrière, mais la pubescence est un peu plus forte et plus longue sur la tête et le thorax. Tête bien plus large que le thorax. Les scapes ne dépassent pas le bord postérieur de la tête.

Métanotum comme chez l'ouvrière.

[[male]] encore inconnu.

Tamatave (Dr Conrad Keller); Imerina (Antananarivo, Ambavahaditokana) ( Rév. Père Camboué). Se trouve aussi en Asie et en Australie. Le Père Camboué a trouvé son nid dans des cavités pratiquées dans la moelle d une tige de Sotanum auriculatum; il a vu les [[worker]] se promener sur des feuilles de géranium.