Echinodorus zombiensis Jérémie, : Jeremie, 2041

Jérémie, Joël, Lobreau-Callen, Danielle, Couderc, Henri & Jossang, Akino, 2001, (Alismataceae) de Guadeloupe (Petites Antilles). Observations palynologiques, cytogénétiques et chimiques, Adansonia (3) 23 (2), pp. 191-203: 192-196

publication ID

http://doi.org/10.5281/zenodo.5180131

persistent identifier

http://treatment.plazi.org/id/039AE87C-792B-E802-A6AF-F9C9FD47971A

treatment provided by

Carolina

scientific name

Echinodorus zombiensis Jérémie
status

sp. nov.

Echinodorus zombiensis Jérémie   , sp. nov.

Planta perennis, aquatica   , stolonifera   . Lamina submersa linearia-lanceolata   , 10-35 cm longa   et 0,5-1,5 cm lata; petiolus usque 25 cm longus. Lamina emersa elliptica   lanceolata   , 2-8 cm longa   et 0,5-2 cm lata; petiolus usque 22 cm longus. Scapi erecti usque 40 cm longi, 1- 2 verticillis. Pedicelli 2-4,5 cm longi. Flores 1,3-1,8 cm in diam.; (8-)9 stamina, 1,8-2,3 mm longa   ; 14- 18 carpella, flava   ; achenia 1,5-2 mm longa   , 8- costata   . Echinodoro tenello ( Martius   ) Buchenau affinis   , sed longioribus submersis foliis (10-35 cm vs. 4-7 cm), longioribus inflorescentiis (15-40 cm vs. 5-15 cm), atque alteris pollinicis, cytogeneticis, chemicisque characteribus differt.

TYPUS. — Jérémie   1989 (récolté par C. TALLON), Guadeloupe, Basse-Terre, NE Trois-Rivières, Étang Zombi, env. 420 m, 15 juin 1994, fr. (holo-, P)   .

Herbe aquatique rhizomateuse, stolonifère, glabre, atteignant 40 cm de hauteur. Feuilles submergées ou émergées, engainantes à la base, à une seule nervure principale, à marques pellucides à peine visibles; feuilles submergées linéaires-lancéolées, longues de 10-35 cm, larges de 0,5-1,5 cm, apex aigu, base atténuée, pétiole nettement distinct (jusqu’à 25 cm de longueur) parfois indistinct lorsque le limbe est longuement atténué; feuilles émergées elliptiques-lancéolées, à limbe long de 2-8 cm, larges de 0,5-2 cm, apex aigu, base atténuée en pétiole long de 3-22 cm. Inflorescences érigées et émergées, en racèmes de 2(-3) verticilles, rarement umbelliformes à verticille unique, pouvant atteindre 40 cm de longueur, 5-15 fleurs par verticille; pédoncule atteignant 30 cm de long; bractées florales deltoïdes, longues de 5-7 mm, larges de 2-3 mm à la base, aiguës à l’extrémité. Pédicelles de 2-4,5 cm de long et 0,2-0,3 mm de diamètre. Fleurs de 13-18 mm de diamètre à l’anthèse; sépales 3, verts, cochléariformes, persistants, longs et larges de 3-4 mm; pétales 3, blanc nacré, fins, ténus, un peu révolutés, échancrés, sub-arrondis ± cochléariformes, 5- 12 mm de long, 4-11 mm de large, à onglet d’environ 1 mm de long, décidus; étamines (8-)9, filets longs de 1-1,5 mm, anthères jaunes, basifixes, longues de 0,7-0,8 mm et larges d’env. 0,5 mm; carpelles 14-18, jaunes, hauts de 1-1,5 mm, larges de 0,4-0,8 mm. Fruits: akènes longs de 1,5-2 mm, ± aplatis, munis d’un bec d’environ 0,3 mm, présentant le plus souvent 8 côtes (3 de chaque côté, une ventrale et une dorsale). — Figs. 1 View Fig , 2. View Fig

PARATYPES. — GUADELOUPE, Basse-Terre, NE Trois-Rivières, Étang Zombi, env. 420 m: Fournet & Jérémie   5991, 11 avr. 1997, stérile ( GUAD)   ; Jérémie   1969, 25 août 1992, stérile ( GUAD, MO, P)   ; Jérémie   1971, 4 jan. 1993, stérile ( GUAD, MO, P)   ; Jérémie   1986 (récolté par C. TALLON), 14 jan. 1994, stérile ( P)   ; Jérémie   1987 (récolté par C. TALLON), 16 mars 1994, fl. ( P)   ; Jérémie   1988 (récolté par C. TALLON), 6 mai 1994, fr. ( P)   ; Jérémie   2041, cultivé en serre, 23 mars 1995, fl. ( MO, P)   ; Jérémie   2062, 13 avr. 1997, stérile ( P)   ; Jérémie   2063, 15 avr. 1998, fl. ( MO, P)   ; Jérémie   2101, cultivé en aquarium, 7 juin 2001, stérile ( GUAD, MO, P)   ; Jérémie   & Marot 2105, 10 juil. 2001, bt. fl. ( MO, P)   .

Echinodorus zombiensis   est localisé dans plusieurs secteurs en bordure du lac, jusqu’à 80 cm de profondeur. Par son mode de reproduction végétative, il forme des populations de plus en plus denses dont les individus sont associés à quelques espèces de Cyperaceae   de grande taille ( Eleocharis interstincta (Vahl) Roem. & Schult.   , Rhynchospora holoschoenoides (L.C. Richard) Herter   , Scleria sp.   , Cladium jamaicense Crantz   ) et Utricularia gibba   L. qui flotte à la surface. L’eau du lac est très peu minéralisée (conductivité comprise entre 30 et 70 µS/cm). L’Étang Zombi est situé au coeur de la forêt dense, sur les flancs du massif de la Soufrière, en limite du Parc National de Guadeloupe. Contrairement à d’autres lacs localisés à proximité (Grand Étang, Étang As de Pique, Étang Madère, Étang Roche), il n’est à ce jour pas facilement accessible (absence de pistes) et de ce fait n’a pas été l’objet de prospections intensives, ce qui explique que cette nouvelle espèce n’ait pas été observée auparavant.

Echinodorus zombiensis   est affin de E. tenellus   dont il diffère en particulier par ses feuilles submergées plus longues (10-35 cm vs. 4-7 cm), des inflorescences plus longues (15-40 cm vs. 5-15 cm) et divers autres caractères palynologiques, cytogénétiques et chimiques qui ont été mis en évidence à la suite d’études comparatives réalisées pour ces deux espèces et dont il est fait état ci-dessous.

D’autre part, des individus appartenant à ces deux espèces, cultivés dans le même aquarium depuis six ans, montrent de très nettes différences de morphologie foliaire. Echinodorus zombiensis   développe des feuilles rubanées et linéaires très longues (jusqu’à 80 cm), de 5-7 mm de large, flottant à la surface de l’eau et présentant de très petites dents marginales ( Fig. 1E View Fig ), tandis que les feuilles de E. tenellus   sont lancéolées, ne dépassent pas 20 cm de long, sont plus larges (8-12 mm) et ne présentent pas de dents marginales. Ces caractères sont spécifiques aux conditions de culture et n’ont pas été observés sur les individus examinés en milieu naturel et sur les spécimens d’herbier consultés.

Le matériel végétal utilisé pour les études palynologiques, cytogénétiques et chimiques est, selon les méthodes employées, soit des spécimens conservés dans les Herbiers de Kew (K), Munich (M), New York (NY), Paris (P) et Zurich (Z), soit du matériel vivant. Ce dernier a deux origines: des individus récoltés dans l’Étang Zombi, ramenés et conservés vivants dans l’eau (serres du Muséum National d’Histoire Naturelle et aquarium personnel); des individus provenant du commerce, vendus comme plantes d’aquarium et rattachés sans ambiguïté à Echinodorus tenellus   .

C

University of Copenhagen

P

Museum National d' Histoire Naturelle, Paris (MNHN) - Vascular Plants

GUAD

Institut National de la Recherche Agronomique and Parc National de Guadeloupe

MO

Missouri Botanical Garden