Camponotus reaumuri, Forel, A., 1892

Forel, A., 1892, Hymenopteres 2 (supplement au 28 fascicule). Les Formicides., Histoire physique, naturelle et politique de Madagascar. 20., Paris: Unknown Publisher, pp. 232-280: 236-237

publication ID

8239

persistent identifier

http://treatment.plazi.org/id/1C7767BD-7735-689F-A8DC-07394FB378DA

treatment provided by

Donat

scientific name

Camponotus reaumuri
status

nov. sp.

CAMPONOTUS REAUMURI   HNS   , nov. sp.

[[worker]] minor. Longueur 3,8 à 4,4 mill. Longueur d'un scape 1,7, d'un tibia postérieur 1,3 mill. Mandibules armées de cinq dents, très finement coriacées, avec quelques points épars; elles sont étroites et à peine courbées. Epistome convexe, à peine subcaréné, biéchancré à son bord antérieur qui est convexe et un peu avancé entre les échancrures. Arêtes frontales assez divergentes. Aire frontale indistincte. Tête plus longue que large. C'est droit derrière les yeux qu'elle est le plus large; à partir de là, elle est médiocrement rétrécie en arrière où elle se termine par un bord postérieur court. Ses côtés sont convexes derrière les yeux et presque droits et parallèles devant.

Pronotum peu convexe, un peu déprimé en dessus. Suture proméso- tonale profondément imprimée, formant un léger étranglement entre le pronotum et le mésonotum. Ce dernier étroit, convexe, allongé, nullement déprimé. Une échancrure assez profonde entre le mésonotum et le métanotum; elle a la forme de celle des C. ruficeps   HNS   , C. Foreli   HNS   , etc. Le métanotum est très étroit, convexe transversalement et longitudinalement, en forme de bosse. La face basale passe insensiblement par une forte convexité à la face déclive; elle est plutôt plus longue que cette dernière. Les stigmates mésothoraeiques ont leur position ordinaire sur les côtés du thorax (de la suture mésométanotale), mais ils sont situés relativement haut. Pédicule surmonté d'un n œ ud presque cubique, aussi épais que large et que haut, arrondi dessus, un peu plus étroit devant que derrière. Abdomen ovale. Pattes et scapes grêles. Tibias un peu dé- primés, mais ni prismatiques, ni cannelés, et sans trace de piquants.

Luisant, très finement chagriné. Quelques points très épars çà et là. Quelques poils d'un jaune roussâtre, assez courts, très disséminés sur le corps. Sur les scapes, des poils obliques très fins et courts, médiocrement abondants. Sur les pattes, seulement une pubescence adjacente très fine et fort éparse qui est presque nulle ailleurs.

D'un rouge un peu brunâtre. Abdomen d'un jaune testacé roussâtre avec une bande transversale brune étroite sur chacun des deux premiers segments. Pattes, antennes et mandibules d'un jaune testacé clair, avec la moitié périphérique des funicules, le milieu des tibias et la base des hanches, des anneaux fémoraux et des cuisses rembrunis. Les hanches, les anneaux fémoraux et le tiers basai des cuisses sont d'une couleur blanchâtre très apparente et particulière. Le bord postérieur du métano- tum, la suture mésométathoracique, le bord antérieur du pronotum et le front sont rembrunis.

Même provenance que le C. putatus   HNS   . Si différente du C. putatus   HNS   que soit cette espèce, elle a avec lui certaines affinités de couleur, de pilosité et même de forme, qui font que je me suis demandé si elle n'en serait pas une [[worker]] minor dimorphe. Le C. ruficeps   HNS   d'Amérique nous offre quelque chose d'analogue; cependant, chez lui, la différence entre les [[worker]] minor est [[worker]] major et beaucoup moins considérable. Du reste, le C. putatus   HNS   a une [[worker]] minor entièrement différente du C. Reaumuri   HNS   .