Cataulacus regularis, Forel, A., 1892

Forel, A., 1892, Hymenopteres 2 (supplement au 28 fascicule). Les Formicides., Histoire physique, naturelle et politique de Madagascar. 20., Paris: Unknown Publisher, pp. 232-280: 252-253

publication ID

8239

persistent identifier

http://treatment.plazi.org/id/25E69CF1-9374-68C6-2605-D48DA6770CC4

treatment provided by

Donat

scientific name

Cataulacus regularis
status

nov. spec.

CATAULACUS REGULARIS   HNS   , nov. spec.

[[worker]]. Longueur 5,1 à 5,3 mill. Mandibules finement crénelées à leur bord terminal, avec une dent à l'extrémité; elles sont striées, ponctuées et assez mates. Bord antérieur de l'épistome bisinué et échancré au milieu. Tête en trapèze très accentué, beaucoup plus large derrière que devant. Bord latéral de la tête ( arêtes frontales) sans aspérités, seulement avec une éehancrure à la hauteur de l'insertion des scapes. Scapes claviformes. Les angles postérieurs de la tête sont très nets, à peu près droits. L'occiput est tronqué; le bord supérieur de la troncature est à peu près droit, échancré au milieu. Le pronotum est presque trois fois aussi large que long; la suture promésonotale est bien visible. Le thorax est convexe, distinctement bordé. Le pronotum est aussi bordé devant et a des angles antérieurs proéminents; il est un peu plus large derrière que devant. Le mésonotum est un peu plus étroit que le pronotum; son bord latéral se termine derrière par un angle droit. Derrière cet angle, le bord du dos du thorax est interrompu par une éehancrure profonde et étroite. Suture mésométanotale obsolète. Métanotum armé de deux épines horizontales et parallèles, longues comme la moitié seulement de la distance qui les sépare l'une de l'autre. Premier n œ ud du pédicule plus ou moins cylindrique-deprime, un peu plus long que large, plus large que haut, plutôt plus large devant que derrière, armé de chaque côté, un peu en arrière du milieu, d'une petite dent pointue et devant de quelques aspé- rités. En dessous, devant, il porte une forte dent dirigée en avant, qui, elle-même, a sur le dernier tiers de sa paroi postérieure une dent secondaire, triangulaire, dirigée en arrière. Le second n œ ud du pédicule est arrondi, un peu plus large que long, plus large devant que derriere, armé en dessous d'une dent dirigée en avant et muni d'aspérités latérales. Abdomen (1er segment) en ellipsoïde allongé, avec les côtés presque parallèles au milieu. Il n'est que faiblement bordé ou subbordé. Pattes noires, épaisses, sans aspérités.

La tête, le tborax entier et le premier n œ ud du pédicule sont médio- crement luisants et couverts de stries longitudinales, parallèles, très grossières et très régulières, qui donnent à cette Fourmi un aspect fort particulier. Les côtes qui séparent les stries sont plus larges que ces dernieres. Seules, les stries de la portion tronquée de l'occiput sont divergentes, et la face déclive du métanotum est à peu près lisse et luisante. Sur la partie la plus large de la tête, derrière les yeux, il y a environ vingt-huit côtes et stries d'une arête frontale (bord de la tête) à l'autre; sur le mésonotum, il y en a quatorze et sur le métanotum douze (bord compris). Les cuisses ont les mêmes stries grossières que la tête et le thorax, mais elles sont obliques. Le deuxième n œ ud du pédicule a des rugosités irrégulières, aussi grossières que les stries de la tête, du thorax, etc. Les tibias médians et postérieurs, les scapes et l'abdomen sont irrégulière- ment et longitudinalement ridés; ces rides sont de calibre médiocre, beaucoup plus fines que celles du reste du corps. L'abdomen est en outre finement et densément réticulé-ponctué et mat; vers son milieu, les rides longitudinales s'effacent un peu. Les tibias antérieurs sont très finement ridés en long.

Quelques poils dressés, roussâtres et courts autour de la bouche et à l'extrémité de l'abdomen; ces derniers pointus. Sur les pattes et sur les scapes, des soies dressées raides, obtuses, courtes, éparses et jaunâtres; sur les scapes, elles forment seulement une rangée à leur bord antérieur. Du reste glabre ou à peu près.

Noir. Une partie des scapes, des funicules, des tarses et des tibias antérieurs d'un brun roussâtre.

Environs de la ville d'Anosibé (province des Bezanozanô), à trois journees à l'est-sud-est d'Antananarivô.