Tetramorium (Xiphomyrmex) xiphomyrmex, Forel, A., 1892

Forel, A., 1892, Hymenopteres 2 (supplement au 28 fascicule). Les Formicides., Histoire physique, naturelle et politique de Madagascar. 20., Paris: Unknown Publisher, pp. 232-280: 263-264

publication ID

8239

persistent identifier

http://treatment.plazi.org/id/27D7512C-6ADD-8A82-274A-30900F277360

treatment provided by

Donat

scientific name

Tetramorium (Xiphomyrmex) xiphomyrmex
status

nov. sp.

TETRAMORIUM (XIPHOMYRMEX) ANDREI   HNS   , nov. sp.

[[worker]] Longueur 4 à 4,2 mill. Très voisin du T. Kelleri   HNS   , dont il est cependant distinct. Mandibules munies devant de trois dents distinctes et derriere de denticulations irrégulières; elles sont striées jusque près du bord terminal où elles sont lisses, luisantes, avec quelques points. Epistome un peu avancé et arrondi devant, légèrement échancré au milieu de son bord antérieur, avec une ride ou carène médiane. Tête rectangulaire (sans les mandibules) un peu plus longue que large, assez fortement excavée derrière (presque pas chez le T. Kelleri   HNS   ). Les yeux sont situés presque au milieu des côtés de la tête (en avant du milieu chez le T. Kelleri   HNS   ). Les arêtes frontales se prolongent en arrière jusque près des angles postérieurs de la tête et laissent à leur côté une rainure lisse et luisante pour les scapes (chez le T. Kelleri   HNS   , la rainure est réticulée). Antennes de onze articles.

Pronotum épaulé (angles antérieurs bien plus marqués que chez le T. Kelleri   HNS   ). Dos du thorax irrégulièrement subbordé, avec interruption du bord à chaque suture. Les sutures sont du reste obsolètes. Métanotum armé de deux longues épines divergentes un peu courbées en dehors (en dedans chez le T. Kelleri   HNS   ). Ces épines sont bien plus courtes que chez le T. Kelleri   HNS   ; elles ont à peine la longueur de la face déclive (chez le T. Kelleri   HNS   , elles sont plus longues que cette face).

Deux courtes épines ou grandes dents métasternales triangulaires (chez le T. Kelleri   HNS   , il n'y en a que des rudiments).

Le premier article du pédicule est bien plus court que chez le T. Kelleri   HNS   . 11 est pétiole devant et porte derrière un n œ ud court et haut, presque cubique, à peine plus long que large, verticalement tronqué devant comme derrière (chez le T. Kelleri   HNS   , le n œ ud est bien plus allongé, arrondi et graduellement abaissé devant). Second n œ ud arrondi. Abdomen ovale.

Sculpture extrêmement grossière, longitudinalement ridée sur la tête, le thorax et le pédicule ( réticulée chez le T. Kelleri   HNS   ). L'intervalle des rides est luisant et présente une sculpture secondaire raboteuse, plus éparse que chez le T. Kelleri   HNS   . Le dos du mésonotum n'a guère plus de six à sept rides longitudinales, bord compris. Abdomen et pattes lisses et luisants.

Tout le corps, les pattes et les scapes hérissés de poils dressés, jaunatres, bien plus courts et moins abondants que chez le T. Kelleri   HNS   . Le fait est surtout apparent sur les pattes et les scapes où les poils sont plus de la moitié plus courts que chez le T. Kelleri   HNS   et assez obliques. Pubescence adjacente presque nulle.

D'un rouge brun. Mandibules, pattes et scapes d'un jaune brunâtre testacé. Abdomen d'un jaune brunâtre aux deux extrémités, brun au milieu.

Environs de la ville d'Anosibé (province des Bezanozanô), à trois journees à l'est-sud-est d'Antananarivo (M. Sikora).