Prenolepis amblyops, Forel, A., 1892

Forel, A., 1892, Hymenopteres 2 (supplement au 28 fascicule). Les Formicides., Histoire physique, naturelle et politique de Madagascar. 20., Paris: Unknown Publisher, pp. 232-280: 240-241

publication ID

8239

persistent identifier

http://treatment.plazi.org/id/2F5AE91B-E08E-8520-9AD5-E83E2A13F458

treatment provided by

Donat

scientific name

Prenolepis amblyops
status

n. sp.

PRENOLEPIS AMBLYOPS   HNS   , n. sp.

[[worker]]. Longueur 2,4 à 2,6 mill. Mandibules armées de six dents, fortement striées, avec des points épars. Stature et forme trapue de la P. Ellisii   HNS   , dont elle se distingue cependant par l'échancrure mésométanotale beaucoup plus faible, peu apparente. Tête encore plus large que chez la P. Ellisii   HNS   , sans les mandibules, presque aussi large que longue et aussi large devant que derrière. Les scapes dépassent le bord postérieur de la tête d'un bon tiers de leur longueur. Les yeux sont plats et de moitié plus petits que chez la P. Ellisii   HNS   et les espèces voisines; ils sont plus étroits que la base des mandibules (bien plus large chez les autres espèces) et ont un nombre bien moins grand de facettes.

Le thorax est court et trapu, le pronotum plus large que long, comme chez la P. Ellisii   HNS   . La face basale du métanotum est plus courte que la face déclive.

Luisante, très faiblement et éparsément ponctuée, çà et là ( mésono- tum) chagrinée-ponctuée; métanotum très luisant et presque lisse.

Des poils dressés d'un noir brun, très grossiers, mais assez pointus, sont répandus sur tout le corps, sur les pattes et sur les scapes; sur ces derniers, ils sont plus fins et plus courts. En outre, une pubescence adjacente jaunâtre très fine, un peu pruineuse, se trouve assez abondamment sur les pattes, les scapes et l'abdomen, tandis qu'elle est très éparse ailleurs.

D'un jaune testacé pâle, analogue à celui du Lasius flavus   HNS   . Mandibules et abdomen d'un jaune un peu plus brunâtre; tête d'un jaune un peu plus rougeâtre.

Environs de la ville d'Anosibé (province des Bezanozanô), à trois journees à l'est-sud-est d'Antananarivô (M. Sikora).

Cette curieuse espèce se distingue du premier coup de toutes les autres par sa couleur jaune pâle avec ses soies noires, qui ressortent d'autant plus distinctement, ainsi que par ses petits yeux et sa taille encore plus trapue que celle de la P. Ellisii   HNS   . Elle doit avoir des m œ urs plus ou moins hypogees, ce qui n'est le cas d'aucune des espèces du genre connues jusqu'ici.