Camponotus egregius,

Forel, A., 1886, Études myrmécologiques en 1886., Annales de la Societe Entomologique de Belgique 30, pp. 131-215: 36-38

publication ID

3923

publication LSID

lsid:zoobank.org:pub:33E1E81D-6489-4D52-828D-DCA172BC7D97

persistent identifier

http://treatment.plazi.org/id/377E24F9-4582-420E-4D5B-DFBCEFF47258

treatment provided by

Christiana

scientific name

Camponotus egregius
status

 

Esp. C. egregius Smith  HNS 

= prismaticus Mayr  HNS  (d'apres Roger) var.?

Dans mes Etudes myrmecologiques en 1879 j'ai fait erreur en reunissant cette espece comme race au C. compressus  HNS  . J'avais eu sous les yeux un C. compressus  HNS  du musee de Munich qui etait evidemment muni d'une fausse etiquette et ne provenait pas du Bresil. J'ai recu des lors le vrai egregius  HNS  du Bresil par l'obligeance du Dr John Sahlberg, a Helsingfors. Les deux [[ worker ]] major que j'ai recues mesurent 16 a 17 millimetres. Leur sculpture rappelle celle du C. compressus  HNS  , ainsi que leur couleur d'un noir mat. Elles sont. cependant fort differentes de cette race du C. rubripes  HNS  et ont plutot la forme du C. sylvaticus  HNS  . Comme Mayr a recu cette espece de Borneo et que j'en ai decrit ailleurs une race ou variete provenant de Madagascar ( C. Gouldi  HNS  , Bull. Soc ent. Belg., mai 1886), nous avons affaire a une forme de grande extension geographique, quoique rare. C'est un des geants du groupe rubripes  HNS  auquel elle se rattache intimement. Voici les caracteres qui distinguent l´ egregius  HNS  du compressus  HNS  , caracteres dont les descriptions ont a peine tenu compte:

Le C. egregius  HNS  est beaucoup plus elance que le C. compressus  HNS  et a les pattes et les antennes beaucoup plus longues et beaucoup plus robustes: les cuisses des pattes posterieures de la [[ worker ]] major sont longues de 7 mill, chez l´ egregius  HNS  , de 4 mill, chez le compressus  HNS  , tandis que la longueur du corps ne differe guere que d'un millimetre. Les scapes des antennes depassent le bord posterieur de la tete de la moitie de leur longueur chez l' egregius  HNS  i. sp., et ne le depassent pas ou a peine chez le compressus  HNS  . La tete du compressus  HNS  ([[ worker ]] maxima) est extremement large, courte, fortement voutee en dessus, a bords tres convexes, largement mais faiblement echancree derriere. Celle de l´ egregius  HNS  est plus allongee meme que celle du sylvaticus  HNS  a laquelle elle ressemble, fortement, echancree derriere, a bords presque droits et a peine divergents. Enfin le compressus  HNS  a une ecaille de forme ordinaire, tandis que l'ecaille de l´ egregius  HNS  i. sp. est extremement epaissie a sa base; vue de cote elle forme un cone dont la base est presque aussi epaisse que la hauteur. Les poils de l´ egregius  HNS  sont brunatres, mais ne sont pas noirs comme le pretend Smith.

Il est possible que la Formica agra Smith  HNS  soit la [[ worker ]] minor du C. egregius  HNS  .

La race Gouldi Forel, [[ worker ]] major, se distingue encore de l´ egregius  HNS  i. sp. par les caracteres-suivants. L'ecaille a une hauteur double de l'epaisseur de sa base (chez l´ egregius  HNS  i. sp. elle est aussi. epaisse que haute). Le thorax est assez fortement voute devant, surtout sur le devant du mesonotum, presque droit du milieu du mesonotum a l'extremite de la face basale du metanotum; cette derniere n'est longue qu'une fois et demie comme la face declive (chez l´ egregius  HNS  i. sp. le thorax est egalement voute d'un bout a l'autre, et la face basale est deux fois longue comme la face declive). he C. Gouldi  HNS  a la tete plus elargie et plus excavee derriere, la taille un peu plus robuste, les pattes et les antennes moins longues. Longueur des scapes 4,5 chez Gouldi  HNS  , 6,0 chez egregius  HNS  ; des tibias posterieurs, 5,8 chez Gouldi  HNS  , 6,8 chez egregius  HNS  . Longueur de la tete (au milieu, sans les mandibules) 5,1 mill.; largeur maximale 4,7 mill., chez le C. Gouldi  HNS  ; longueur de la tete 5,1 mill., largeur 4,45 chez le C. egregius  HNS  . La face declive du metanotum est plus basse chez l´ egregius  HNS  , ainsi que tout le thorax. Les eperons posterieurs sont distinctement pectines chez l´ egregius  HNS  , indistinctement chez le Gouldi  HNS  ; les piquants des tibias sont par contre plus abondants chez ce dernier. Le bord externe des mandibules est plus convexe chez le Gouldi  HNS  que chez l´ egregius  HNS  . Le lobe de l'epistome est aussi rectangulaire et aussi excave sur ses cotes chez la [[ worker ]] minor du C. Gouldi que chez la [[ worker ]] major et que chez l´ egregius  HNS  .

Je sonpconne que le C. prismaticus Mayr  HNS  , de Borneo est une race qui differe sous certains rapports de l´ egregius  HNS  du Bresil quoique Roger (Verzeichniss) l'ait declare identique.