Camponotus pompeius, Forel, A., 1886

Forel, A., 1886, Études myrmécologiques en 1886., Annales de la Societe Entomologique de Belgique 30, pp. 131-215: 27-28

publication ID

3923

publication LSID

lsid:zoobank.org:pub:33E1E81D-6489-4D52-828D-DCA172BC7D97

persistent identifier

http://treatment.plazi.org/id/51CB3290-AEF4-233C-0BFE-D194369A97C0

treatment provided by

Christiana

scientific name

Camponotus pompeius
status

n. st.

r. C. Pompeius  HNS  n. st.

— [[ worker ]] major. Long. 15 mill. Stature svelte tout a fait differente de celle du precedent et presque identique a celle du C. sylvaticus  HNS  Ol. typique du midi de l'Europe, dont le C. Pompeius  HNS  est l'image agrandie et encore un peu plus elancee. La couleur, la sculpture, l'eclat sont comme chez le sylvaticus  HNS  . Voici, a part la taille, les caracteres qui different du C. sylvaticus  HNS  :

Mandibules longues, a bord externe tres faiblement courbe, a dent terminale fort grande et avancee, a bord terminal tres grand ainsi que les dents. Elles sont tres luisantes, tres faiblement reticulees, avec de forts gros points enfonces regulierement espaces, bien plus espaces que chez le C. Brutus  HNS  . La tete est encore plus excavee que chez le C. sylvaticus  HNS  , grande, large de 4,5 mill, et longue de 5 (sans les mandibules, et au milieu), a-cotes presque droits (a peine convexes) et subparalleles. Les poils dresses sont longs, grossiers, brunatres et plus abondants sur le thorax et l'abdomen que chez le C. sylvaticus  HNS  . Le metanotum est plus eleve, la face basale est seulement un peu plus longue que la face declive. L'ecaille est tres fortement epaissie devant, en bas, ce qui la rend cuneiforme (vue de profil). Elle est haute, tres acuminee, bien plus epaisse que celle du C. sylvaticus  HNS  . Tibias mediocrement aplatis, prismatiques-arrondis, mais non canneles. Metatarses un peu comprimes, faiblement canneles. Les tibias et les scapes ont une pilosite fine, courte, tres oblique qui rappelle tout-a-fait celle de la variete pilicornis  HNS  du C. sylvaticus  HNS  , variete tres rapprochee de notre race. Les tibias ont en outre de courts piquants a leur bord interne. Les scapes depassent sensiblement le bord posterieur de la tete. Les tibias posterieurs ont 5,7 mill de long et les antennes 10,4 mill.

[[ worker ]] minor. Long. 10,8 mill. Stature tres svelte. Pattes et antennes tres longues et tres greles: tibias posterieurs 4,6 mill.; antennes 10,3 mill. Tete longue de 3 mill. (sans les mandibules), large devant de 1,8 et vers son articulation avec le pronotum de 0,8 mill. Elle ne forme cependant pas de cou, son bord articulaire n'etant pas releve. Les mandibules ont aussi 7 dents et une ponctuation plus effacee. Le lobe de l'epistome a des cotes obliques (en talus), et un bord anterieur droit un peu acumine au milieu. Pubescence du thorax et surtout de la tete bien plus longue que chez la [[ worker ]] major. La pilosite des tibias et des scapes est encore plus abondante et plus relevee que chez la [[ worker ]] major et que chez le C. sylvaticus  HNS  v pilicornis  HNS  , surtout sur les tibias. Ce caractere est si marque qu'il eloigne cette race de l'espece rubripes  HNS  , tandis qu'a tout autre point de vue elle est si rapprochee du C. sylvaticus  HNS  .

Gabon, recoltee par M. Buettner (Musee de Berlin).

Cette race n'est peut-etre qu'une variete du C. aequatorialis  HNS  Roger, mais elle s'en distingue par ses scapes et ses tibias poilus. (Roger ecrit Fuehler und Tibien kahl). Puis l'abdomen est plus fonce dessus que dessous (chez l´ aequatorialis  HNS  c'est le contraire). Quoi qu'il en soit je dois considerer le C. aequatorialis  HNS  , sans l'avoir vu, comme une race du rubripes  HNS  .