Polyrhachis halmaheirae, Forel, A., 1886

Forel, A., 1886, Études myrmécologiques en 1886., Annales de la Societe Entomologique de Belgique 30, pp. 131-215: 66-67

publication ID

3923

publication LSID

lsid:zoobank.org:pub:33E1E81D-6489-4D52-828D-DCA172BC7D97

persistent identifier

http://treatment.plazi.org/id/5C513E83-B631-A231-D6AA-46AA3EAFB53F

treatment provided by

Christiana

scientific name

Polyrhachis halmaheirae
status

n. st.

r. P. Halmaheirae  HNS  n. st.

— [[ worker ]] Long. 8 a 9 mill. Tete (y compris l'epistome) et thorax rugueux dans le sens longitudinal; cotes du thorax rugueux-ponctues. Mandibules densement striees, a ponctuation eparse peu marquee. Pattes et abdomen finement reticulesponctues. Tout le corps (aussi les membres) abondamment recouvert d'une fine pubescence d'un cendre argente ou jaunatre qui cache en bonne partie la sculpture. La face basale et la face declive du metanotum sont confondues en une seule surface courbe fortement inclinee des sa base. Chez quelques individus la place ou sont ordinairement les dents ou epines est marquee par une apparence de convexite plus marquee. Mais cette place est surtout reconnaissable au fait que la bordure laterale aigue de la face basale y cesse. A partir de la, la partie inferieure qui correspond a la face declive n'est pas bordee, mais arrondie lateralement. L'ecaille est large en haut, faiblement, mais assez largement et distinctement echancree au milieu de son bord superieur qui est tranchant et du reste arrondi. De chaque cote, elle forme deux angles nets (qu'on peut a peine appeler dents), a partir desquels ses cotes sont rectilignes ou plutot plans et vont en se retrecissant jusqu'au bas (en meme temps que l'ecaille se retrecit ainsi, elle s'epaissit, de sorte que ses cotes forment a partir de l'angle deux triangles isoceles etroits et bien plans). Epistome carene, entier a son bord anterieur. Du reste identique au P. orsyllus  HNS  i. sp.

Distincte du P. aurichalcea par les fortes epines de son pronotum et par l'absence de dents au metanotum. Elle parait etre tres voisine du P. Ritsemai Mayr, dont elle parait se distinguer par son ecaille echancree sans dents laterales distinctes, par l'absence complete de dents au metanotum, et par le dessous de sa tete qui est finement, mais distinctement reticule-ride. (les epines du pronotum sont aigues, ont une large base et sont longues comme plus du tiers de la largeur du pronotum; ce dernier est a peine elargi devant).

Je crois que les P. Ritsemai  HNS  Mayr, aurichialcea  HNS  Mayr, ceramensis  HNS  Mayr et Halmaheirae  HNS  ne sont que des races du P. orsyllus  HNS  , comme Mayr le soupconne deja pour le P. Ritsemai  HNS  .

Halmaheira (Djilolo), l'une des iles de la Soude (Musee de Geneve).