Camponotus dufouri, Forel, 1891, Forel, 1891

Forel, A., 1891, Histoire naturelle des Hymenopteres. Deuxieme partie: Les Formicides., Histoire Physique, Naturelle et Politique de Madagascar., Paris: L'Imprimerie Nationale, pp. 1-231: 16-19

publication ID

http://doi.org/ 10.5281/zenodo.9896

publication LSID

lsid:zoobank.org:pub:F0A2F4DC-EB6B-4AF0-9BA9-A8F1BB37636F

DOI

http://doi.org/10.5281/zenodo.5640359

persistent identifier

http://treatment.plazi.org/id/69A97CA6-F13D-323B-6DF0-6AD717C653A3

treatment provided by

Donat

scientific name

Camponotus dufouri
status

n. sp.

2. CAMPONOTUS DUFOURI   HNS   , n. sp.

(Pl. 1, fig. 2, 2a, 2b, 2c et 2d.)

[[worker]] Major. Longueur 13 à i5 mill. Tête large de 3,1 mill., longue (sans les mandibules) de 4 mill. Longueur d'un scape 4,2, d'un tibia postérieur 5,1 mill. Forme générale élancée et mince des C. Lespesii   HNS   , Forel, C. Hildebrandti   HNS   , Forel, C. longipes, Gerstaecker   HNS   , etc. La tête est en forme de trapèze allongé, à grande base derrière et petite base devant.

Ses côtés sont rectilignes (sauf vers l'angle postérieur), un peu comprimes derrière l'angle antérieur; son bord postérieur est fortement excavé. Mandibules rapprochées, assez allongées, à bord extérieur assez convexe vers son tiers antérieur, armées de sept à huit dents. Leur moitié apicale est lisse, luisante, à points très épars; leur moitié basale très finement et densément coriacée du striée-ridée. Epistome caréné, avec un lobe anterieur bien développé, rectangulaire, à côtés excavés et à angles anté- rieurs proéminents. Arêtes frontales rapprochées, peu divergentes. Aire frontale indistincte. Yeux aussi rapprochés de l'angle antérieur que de l'angle postérieur de la tête.

Thorax très étroit, très allongé, à dos faiblement et également convexe d'un bout à l'autre. C'est à peine si la face déclive du métanotum qui est très courte est marquée par une déclivité un peu plus forte que celle de la moitié postérieure de la face basale.

Ecaille conique, très épaisse à sa base, distinctement acuminée au sommet, plus haute que large et qu'épaisse. Sa face postérieure est presque plane, sa face antérieure brisée, composée d'une portion basale courte, presque verticale, et d'une portion supérieure oblique. Abdomen ovale-allongé.

Pattes et antennes extrêmement grêles et longues. Tibias assez aplatis en un sens, mais non prismatiques, avec quatre ou cinq piquants à leur extrémité seulement (autour de l'éperon).

Tête finement mais assez fortement réticulée, presque mate, sauf l'épi- stome et la face inférieure qui sont subluisants. Thorax assez finement mais assez irrégulièrement et fortement ridé en travers, presque mat. Abdomen et écaille finement et plus faiblement ridés en travers, assez luisants. La ponctuation superposée piligère est très faible et très espacée ou nulle, sauf sur le devant de la tête où elle est distincte sans être forte.

Tout le corps est recouvert d'une pubescence fort espacée, mais assez grossière, fort courte sur l'abdomen, plutôt longue sur le thorax, un peu soulevée, d'un jaune brunâtre. La pilosité dressée est éparse, longue, grossière, brunâtre, fine et courte sur le devant de la tête. Les tibias et surtout les scapes sont couverts d'une pilosité abondante, fine, oblique, très courte et jaunâtre.

Tête et scapes d'un noir à peine brunâtre. Thorax et mandibules d'un noir brunâtre. Abdomen d'un brun noirâtre. Tarses d'un brun foncé. Ecaille, tibias, funicules et extrémité des cuisses bruns. Hanches et base des cuisses jaunâtres. Segments abdominaux largement bordés de jaunatre.

[[worker]] Minor. Longueur 10 à 12 mill. Chez la [[worker]] minima, la tête (sans les mandibules) est longue de 2,5 mill. et large en avant de 1,3 mill., en arriere d'à peine 0,3 mill.; le scape est long de 3,8 mill., le tibia postérieur de 4,8 mill. Elle est encore plus élancée que la [[worker]] minor du C. Hildebrandti   HNS   dont elle se distingue tout à fait par la forme de sa tête. Celle-ci va se rétrécissant régulièrement en triangle isocèle allongé des angles anté- rieurs au cou très étroit qu'elle forme en arrière; ses côtés sont presque droits. Elle est bien moins épaisse et moins convexe, sa face inférieure à peine convexe. Epistome distinctement caréné, avec un lobe antérieur rectangulaire à angles latéraux très marqués. L'écaillé est plus épaisse et beaucoup plus haute que chez le C. Hildebrandti   HNS   , si fortement acuminee que son sommet forme une pointe rappelant celle des Odontomachus   HNS   , quoique bien plus courte et plus obtuse. Cette pointe ressemble beaucoup à celle du métanotum du Dorymyrmex pyramicus   HNS   . Chez le C. Hildebrandti   HNS   , il n'y a pas de pointe semblable. Du reste comme la [[worker]] major, mais les mandibules n'ont que six dents.

Tamatave et forêts d'Alahakato (M. Perrot); bois situé à 3o milles au Nord-Ouest de Tamatave (M. O'Swald, Musée de Hambourg).

Des [[worker]] récoltées dans l'imerina par M. Sikora se distinguent par leur petite taille ([[worker]] major 11 mill.), par leur sculpture beaucoup plus faible (ce qui les rend luisantes), par leur pilosité bien plus rare et par leur écaille moins acuminée. Appelons-les var. imerinensis   HNS   .

[[queen]]. ( Var. imerinensis   HNS   ): Longueur 15 mill. Longueur d'un scape 3,5, d'un tibia postérieur 4,3 mill. Comme l'ouvrière. Mandibules entièrement lisses et luisantes, à points très épars, armées de sept dents. Les yeux sont plus rapprochés des angles postérieurs de la tête. La stature est beaucoup moins grêle que celle de la [[worker]]. Ecaille haute, épaisse, étroite, à bord supérieur très étroit et cependant échancré au milieu. Pattes bien plus courtes que chez la [[worker]].

Très luisante; thorax et abdomen très luisants, très faiblement ridés. Tète semi-luisante avec la même sculpture que chez la [[worker]], mais plus faible. Les couleurs sont réparties comme chez la [[worker]], mais les côtés du thorax, le postscutellum et le devant du front sont brunâtres, tandis que l'abdomen est plus foncé, d'un noir brun. La pubescence est extrême- ment éparse et extrêmement courte sur le thorax et l'abdomen, beaucoup plus longue et plus forte sur la tête. Du reste identique à l'ouvrière de la variété C. imerinensis   HNS   .

Environs d'Antananarivô ( Rév. Père Camboué).

Je dois la communication de la première [[worker]] de cette espèce à mon ami le professeur Emery. Elle est assez voisine du C. Hildebrandti   HNS   , mais la [[worker]] minor présente des différences foncières dans la forme de la tête et de l'épistome. La forme de la tête des [[queen]] est aussi fort différente, ce qui fait présumer qu'une différence analogue existe chez les [[worker]] major. Si c'est le cas, la tête de ces dernières sera à peine élargie derrière chez le C. Hildebrandti   HNS   . La pubescence beaucoup plus courte et plus espacée chez le C. Dufouri   HNS   , la couleur entièrement différente des deux formes et la sculpture qui, chez le C. Hildebrandti   HNS   , est plus régulièrement et plus fortement ridée, presque striée transversalement (rappelant les Odontomachus   HNS   ), constituent encore des différences importantes. Enfin le C. Hildebrandti   HNS   a un éclat métallique qui fait absolument défaut au C. Dufouri   HNS   . Le C. Dufouri   HNS   est surtout parent du C. dorycus   HNS   des îles de la Sonde.