Cerapachys (MAYRI) mayri, Forel, A., 1892

Forel, A., 1892, Hymenopteres 2 (supplement au 28 fascicule). Les Formicides., Histoire physique, naturelle et politique de Madagascar. 20., Paris: Unknown Publisher, pp. 232-280: 244-246

publication ID

8239

persistent identifier

http://treatment.plazi.org/id/B4ABF229-991B-379B-99F7-17D29CC62529

treatment provided by

Donat

scientific name

Cerapachys (MAYRI) mayri
status

n. sp.

CERAPACHYS MAYRI   HNS   , n. sp.

[[worker]]. Longueur 6,8 à 7,5 mill. Palpes maxillaires de 4, labiaux de 3 articles. Mandibules trigones, à bord terminal indistinctement denticulé, surtout du côté du bord interne. Les mandibules sont lisses, luisantes avec des points épars de grandeur très diverse. Tête un peu plus longue que large, fort convexe en dessus, à côtés faiblement convexes, distinctement rétrécie derrière, échancrée à son bord postérieur. Pas d'ocelles. Yeux grands, subacuminés derrière, situés à peine en arrière du milieu des côtés de la tête. Epistome court, verticalement tronqué en arrière de son bord antérieur qui forme une lisière horizontale assez droite. Son bord postérieur latéral, situé de chaque côté au haut de la partie tronquee, limite les fossettes antennaires et se continue assez directement dans les arêtes frontales, entre lesquelles la portion médiane de l'épi - stome se prolonge jusqu'en arrière des articulations des antennes et se termine par une petite aire frontale profondément imprimée. Au milieu de l'épistome se trouve une petite proéminence au haut de la partie tronquée. Les arêtes frontales sont assez rapprochées et se divisent en deux portions: une portion antérieure en lobe ou lamelle élevée presque verticale, et une portion postérieure basse, de forme ordinaire. Les portions antérieures sont à peu près parallèles et terminées en arrière par un bord vertical. Les portions postérieures convergent en arrière de l'aire frontale et sont extrêmement rapprochées à leur extrémité. Les carenes des joues sont assez longues, convexes en dehors ( dirigées posté- rieurement en dedans). Arrivées à la moitié de la distance entre l' œ il et l'articulation des antennes, elles sont brisées à angle aigu et continuées en dedans par une petite arête qui revient en avant, vers l'articulation de l'antenne. Une autre petite arête peu distincte part de l'angle et se dirige vers l' œ il.

Les scapes des antennes dépassent le bord postérieur des yeux. Funicules épais; leur premier article presque plus court que le second; dernier article à peine plus long que les deux précédents.

Thorax un peu plus long que la tête, arrondi de partout, presque cylindrique, sans apparence de sutures, médiocrement convexe au milieu, plus fortement devant, avec une courbe rapide au passage des faces basale et déclive du métanotum. Cette dernière assez haute et assez abrupte.

Le thorax est un peu plus large derrière que devant, à peine et peu à peu rétréci au milieu. Pronotum sans dent.

Pédicule en disque trapéziforme déprimé et bordé latéralement d'une arête vive, comme chez la Simopone Grandidieri   HNS   , mais encore bien plus proéminente. Il est plus large que long; ses côtés rectilignes (sommets horizontaux de l'arête latérale) divergent un peu en arrière, où ils se terminent chacun par une longue dent horizontale un peu obtuse qui les continue. Du côté interne de chacune de ces dents, le bord postérieur est profondément échancré; entre les échancrures il forme une forte convexité arrondie dont le milieu est aussi avancé en arrière que l'extrémité des dents. Le bord antérieur du pédicule est au contraire largement concave. Ses faces antérieure et postérieure sont subtronquées. Sa face inférieure est convexe et porte devant une forte dent longue, pointue, un peu recourbee en arrière et placée sur une large base. L'articulation du pédicule à l'abdomen est étroite.

Premier segment de l'abdomen proprement dit un peu plus grand seulement que le pédicule et de forme rectangulaire, un peu plus large que long, à côtés à peine convexes, et à angles antérieurs latéraux très marqués et très développés, bordés d'une arête et déprimés. Le bord antérieur de ce premier segment est plus ou moins rectiligne, convexe au milieu. Dessous et devant, il porte une proéminence transversale. L'abdomen proprement dit est fortement resserré après le premier segment. Second segment beaucoup plus large et plus long que le premier, de forme ordinaire. Pygidium tronqué en arrière, avec les bords de la surface tronquee dentelés.

Tibias étroits à leur base, épaissis en bas. Les tibias postérieurs n'ont qu'un éperon. Fossettes articulaires des hanches et des cuisses largement bordées.

Lisse et luisant avec une ponctuation éparse, irrégulière et piligère. Des points plus gros et un peu plus abondants (mais épars) sur le devant de la tête, en particulier au milieu de l'épistome. Des rides dans les fossettes antennaires.

Pattes, scapes et pygidium abondamment ponctués.

Une pilosité jaunâtre, pointue, irrégulière, un peu oblique, de longueur médiocre, répandue assez abondamment partout, éparse sur les tibias et les scapes. La pubescence adjacente, abondante sur les scapes et les pattes, est très éparse ailleurs.

Noir. Antennes, devant de là tête, mandibules, tarses, extrémité de l'abdomen, dessous du pédicule, articulations des pattes d'un rouge brunatre foncé. Pattes brunes.

Environs de la ville d'Anosibé (province des Bezanozanô), à trois journees à l'est-sud-est d'Antananarivô; grande forêt (M. Sikora),

Cette espèce se rattache encore au sous-genre Cerapachys   HNS   , sens strict; mais la forme de son pédicule dévoile des affinités indiscutables avec les Simopone   HNS   , malgré le nombre des articles des antennes. Les arêtes frontales sont, en avant du moins, un peu plus écartées que chez les autres Cerapachys et laissent mieux voir le prolongement posterieur median de l' epistome.