Leptothorax retusispinosus, Forel, A., 1892

Forel, A., 1892, Hymenopteres 2 (supplement au 28 fascicule). Les Formicides., Histoire physique, naturelle et politique de Madagascar. 20., Paris: Unknown Publisher, pp. 232-280: 267-268

publication ID

8239

persistent identifier

http://treatment.plazi.org/id/D46E01BA-AA49-C461-99E6-2AA862D36F7F

treatment provided by

Donat

scientific name

Leptothorax retusispinosus
status

n. sp.

LEPTOTHORAX RETUSISPINOSUS   HNS   , n. sp.

[[worker]]. Longueur 3,5 mill. Robuste. Mandibules armées de cinq dents, striées, subopaques, avec des points épars. Antennes de douze articles. Epistome comme chez le L. madecassus, tricaréné, avancé devant au milieu, en lobe arrondi largement échancré au milieu du bord antérieur. Arêtes frontales courtes. Tête (sans les mandibules) presque carrée, pas ou à peine plus longue que large. Les yeux sont situés un peu en avant du milieu des côtés (environ aux 2/5). C'est à leur hauteur que la tête est le plus large; en avant elle se rétrécit rapidement en courbe et en arrière en ligne presque droite, mais convergeant distinctement en arrière avec le côté opposé; le bord postérieur de la tête est presque droit. Pronotum large, subbordé, épaulé et même distinctement quoique faiblement denté à ses angles antérieurs. Il est plus large que long. Suture promésonotale indistincte. Mésonotum subbordé, avec une petite dent mousse au milieu de son bord latéral, fortement rétréci en arrière. Une très forte et profonde échancrure en dessus et de côté entre le mé- sonotum et le métanotum. Face basale du métanotum très étroite, trois fois aussi longue que large, à côtés parallèles, nullement subbordée, plus longue que la face déclive; cette dernière, subbordée. Le métanotum porte deux épines longues, grêles, un peu déprimées, raboteuses, obtuses à leur extrémité, légèrement coudées en dedans au tiers de leur longueur, presque horizontales, faiblement divergentes. Le premier article du pédicule est largement et assez brièvement pétiole en avant, où il porte une très petite dent en dessous. Il est surmonté en arrière d'un n œ ud plus ou moins cubique, plus long que large, tronqué en dessus par une surface horizontale plus ou moins rectangulaire; sa face antérieure est oblique, sa face postérieure verticale. Le second article du pédicule est un peu plus large que long et surtout plus large devant que derrière, assez déprimé, deux fois large comme le premier. Abdomen ovale, subtronque devant. Cuisses renflées, fusiformes.

Tête, thorax et pédicule grossièrement rugueux et subopaques ou mats, le fond des mailles étant finement raboteux. La tête est longitudinalement ridée; sur le thorax et le pédicule, les rugosités sont irrégu- lières. L'abdomen, les pattes et les scapes sont lisses et luisants, ces derniers assez fortement courbés vers leur base.

Pilosité dressée ordinaire, éparse, raide, épaisse, obtuse et dentelée du genre Leptothorax   HNS   , beaucoup plus longue que chez le L. madecassus, nulle sur les tibias et les scapes qui n'ont qu'une pubescence adjacente. Cette dernière presque nulle ailleurs.

D'un noir brunâtre ou grisâtre, ou d'un brun noirâtre sale. Tête (sauf le front et l'épistome), antennes, tarses, métathorax et extrémités des segments abdominaux et des n œ uds du pédicule d'un brun sale, plus clair, un peu verdâtre. Prothorax, mésothorax, joues et mandibules d'une couleur claire, mais sale, qui n'est ni blanche, ni jaune, ni brune, ni verdatre, mais qui est remarquablement pâle, çà et là blanchâtre, donnant à cette espèce un aspect très particulier.

Cette singulière espèce est si aberrante qu'elle rappelle un peu le genre Tetramorium   HNS   , d'autant plus que le bord postérieur de l'épistome est lé- gèrement relevé au fond de la fossette antennaire, devant la tête articulaire du scape. Cependant, malgré la forme si différente de la tête, l'aspect et les caractères généraux sont trop ceux des Leptothorax   HNS   pour laisser le moindre doute sur la position générique de l'espèce. Quoique entièrement distinct du L. madecassus à tous les autres égards, il a les mêmes particularités de l'épistome. Nous avons trouvé une convergence analogue dans les caractères de l'épistome des Bothroponera   HNS   de Madagascar.

Forêt d'Andrangoloakâ (M. Sikora).