Ceradenia pseudodevoluta Rakotondr. & Parris

Rakotondrainibe, France, Jouy, Alain, Rouhan, Germinal, Bauret, Lucie & Parris, Barbara S., 2018, Nouveautés taxonomiques et nomenclaturales chez les fougères grammitides (Pteridophyta, Polypodiaceae, Grammitidoideae) de Madagascar, Adansonia (3) 40 (11), pp. 141-162: 144-148

publication ID

http://doi.org/ 10.5252/adansonia2018v40a11

DOI

http://doi.org/10.5281/zenodo.5209279

persistent identifier

http://treatment.plazi.org/id/DD0287E1-FFAA-FFD4-D678-FF61FE2F1022

treatment provided by

Carolina

scientific name

Ceradenia pseudodevoluta Rakotondr. & Parris
status

sp. nov.

Ceradenia pseudodevoluta Rakotondr. & Parris   , sp. nov.

( Fig. 2 View FIG A-G)

Ceradenia pseudodevoluta Rakotondr. & Parris   , sp. nov., differs from Zygophlebia devoluta (Baker) Parris   in having paraphyses which produce whitish waxy exudate (vs paraphyses which produce grey sticky exudate) and membranaceous rhizome scales with flattened, shortly acuminate apex (vs turgescent rhizome scales with cylindrical, long acuminate apex). Ceradenia pseudodevoluta Rakotondr. & Parris   , sp. nov. differs from Ceradenia comorensis (Baker) Parris   in having glandulous rhizome scales with cells 1-3 times longer than wide (vs eglandular scales with cells 4-6 times longer than wide).

TYPE. — Madagascar. Tolanaro , Eminiminy, réserve d’Andohahela, massif duTrafon’omby, 24°33’07’’S, 46°43’03’’E, 1900 m, 28.XI.1995, Rakotondrainibe 3214 (P00067339!) GoogleMaps   .

PARATYPES. — Madagascar. Antananarivo,massifdel’Ankaratra, 2100 m, 31.VII.1956, des Abbayes 2370 (P00114154!)   . — Antananarivo, au sud du lac de Mantasoa, VIII.1962, Bosser 16003 (P00114166!)   . — Fianarantsoa, réserve d’Andringitra , IV.1964, Bosser 19429 (P00114095!)   . — Antananarivo, Carion , station forestière d’Angavokely, s. alt., 1996, Ceplitis 995 (P02090232!)   . — Antsiranana, vallée de l’Androranga, afluent de la Bemarivo, aux environs d’Antongondriha , massif du Betsomanga, 1200-1300 m, XI.1950, Humbert 24316 (P00114151!). — Tolanaro, bassin de l’Itomampy, mont Papanga, près de Befotaka, 1300-1700 m, XII.21928, Humbert 6910 (P00114150!). — Tolanaro, Ankazondrano, Haut Mandrare, mont Itrafanaomby, 1600- 1963, XII.1933, Humbert 13510 (P00114096!)   . — Fianarantsoa, massif de l’Andringitra, Ambohitsipanefy , à l’ouest d’Ampasipotsy, 2050 m, 17.IV.2005, Janssen et al. 2771 (P00590843!)   . — Fianarantsoa, Ihosy, mont Tsitondroina, vers 1800 m, 16.IV.1941, Jardin Botanique de Tananarive 4805 (P01632074!)   . — Antananarivo, massif de l’Ankaratra, 2400 m, 1913, Perrier de la Bâthie 7609 [b] (P00114093!)   . — Antsiranana, Ambanja, réserve de Manongarivo, massif d’Antsatrotro , 1500-1600 m, 08.X.1991, Rakotondrainibe 1197 (P00064694!). — Tolanaro, Eminiminy, réserve d’Andohahela, parcelle I, massif du Trafon’omby, 1300 m, 08.XI.1995, Rakotondrainibe 3065 (P00067172!)   . — Antananarivo, forêt d’Andranomay , à 13 km au sud-est d’Anjozorobe, 1300-1450 m, 20.XII.1996, Rakotondrainibe 3834 (P00084708!)   . — Fianarantsoa, Ambalavao, réserve d’Ivohibe , 1500-1650 m, 24.X.1997, Rakotondrainibe et al. 4210 (P00134238!), 4211 (P00134239!)   . — Fianarantsoa, Ambalavao, réserve du pic d’Ivohibe , 1500-1650 m, 24.X.1997, Rakotondrainibe et al. 4257 p.p. (P00134291!, spécimen en bas, au centre)   . — Antananarivo, forêt de Mahatsinjo, à 10 km au sud-est de Tsinjoarivo, 1400-1560 m, 12.I.1999, Rakotondrainibe 4717 (P00134781!)   . — Fianarantsoa, Ambalavao, Antanifotsy, réserve d’Andringitra , forêt d’Imaitso, 1950- 2000 m, 19.XI.2004, Rakotondrainibe et al 6939 (P00411841!), 6939 bis (P00411840!)   . — Antananarivo, massif de l’Ankaratra, forêt de Tavolotara au nord-ouest de Manjakatompo, vers 2000 m, VII.1953, Service forestier 68 RC (P01556075!)   .

ÉTYMOLOGIE. — Ceradenia pseudodevoluta Rakotondr. & Parris   , sp. nov., a été confondue dans les collections et dans la nature avec Zygophlebia devoluta (Baker) Parris   , une autre espèce fréquente à Madagascar et présente aussi aux Comores et en Tanzanie.

DISTRIBUTION GÉOGRAPHIQUE ET ÉCOLOGIE. — Ceradenia pseudodevoluta Rakotondr. & Parris   , sp. nov.,est endémique de Madagascar, fréquente du Nord au Sud de l’île, dans le sous-bois de la forêt sempervirente, entre 970 et 2400 m d’altitude. C’est une fougère épiphyte à port pendant.

DESCRIPTION

Rhizome courtement rampant, de 0,3-0,6 cm de diamètre, couvert d’écailles brun-roux, membraneuses, non turgescentes, non clathrées, ± froissées, lancéolées ou linéaires, à apex courtement atténué et plan, marge avec de nombreuses glandes jaunes, orange ou rouge-vermillon, formées de cellules 1-3 fois plus longues que larges.

Frondes peu espacées, longues de 10-23 cm.

Pétiole long de 3-9 cm, articulé sur un phyllopode court, renflé, masqué par les écailles du rhizome.

Limbe subcoriace, étroitement triangulaire, de 5-14 × 2,0- 3,5 cm, pinnatiséqué, peu ou pas rétréci vers la base; apex pinnatifide; 12-28 paires de segments linéaires, à apex obtus et marge entière; les moyens, espacés d’au moins leur largeur. Nervures des segments non apparentes.

Indument: longs poils sétiformes (env. 2 mm), brun-rosé ou brun-rouge, simples, nombreux sur le pétiole, le rachis et la marge du limbe, plus ou moins denses sur la face inférieure; nombreux poils très courts (0,1-0,3 mm), clairs, caténés, simples ou ramifiés sur le pétiole, le rachis et la marge du limbe.

Sores superficiels, ronds, médians; sores jeunes recouverts d’un dépôt blanc, opaque, cireux, poudreux, pouvant virer au jaunâtre sur les dépôts plus anciens.

NOTE

Les individus stériles de Ceradenia pseudodevoluta Rakotondr. & Parris   , sp. nov., et de Zygophlebia devoluta (Baker) Parris   , deux espèces morphologiquement proches, pourraient être confondus. L’observation des écailles du rhizome permet de les différencier. Celles de Ceradenia pseudodevoluta Rakotondr. & Parris   , sp. nov., sont décrites ci-dessus; celles de Zygophlebia devoluta   sont épaisses, turgescentes, cassantes, à apex longuement atténué, unisérié et cylindrique. La présence d’hybrides présumés entre ces deux espèces, assez nombreux dans les collections et dans la nature, complique parfois l’identification (liste des spécimens et note descriptive au paragraphe « hybride présumé »).